Eolien participatif

La participation citoyenne dans les projets renouvelables est un phénomène relativement récent qui s’observe dans la plupart des économies modernes.

Plusieurs raisons justifient l’essor du phénomène coopératif. Elles sont liées aux changements sociaux, technologiques, à l’évolution du capitalisme, tel qu’expliqué dans l’étude publiée par la SAW-B en 2011 « Coopératives : un modèle tout terrien ».

Dans le secteur de l’énergie éolienne, par « éolien participatif », on désigne tout projet éolien auquel participe le citoyen, de manière directe ou indirecte : 

  • directe : lorsque le citoyen a souscrit des parts d’une coopérative qui détient directement une participation dans la société d’exploitation d’un parc éolien ;
  • indirecte : lorsque les bénéfices de l’éolien sont perçus par l’intermédiaire de la commune, d’une intercommunale, d’un fonds d’investissement, d’une redevance ou d’une taxe communale, etc.

Au niveau européen, la Wallonie est l’une des régions les plus actives en matière de participation citoyenne : au 31/12/2015, elle comptait pas moins de :

  • 20 sociétés coopératives dont 10 exploitent tout ou partie d’un parc éolien,
  • 7 associations citoyennes locales,
  • 6 communes qui ont directement investi dans un projet éolien.

A ce jour, la Wallonie compte entre 7500 et 10.000 particuliers qui ont souscrit des parts de coopératives.

Les sections qui suivent expliquent les motivations qui sous-tendent les coopératives, les étapes à franchir pour leur création, ainsi que leur financement.

Enfin, l'éolien participatif en vidéo, c'est ICI .