Impact des épisodes venteux sur le prix de l’électricité

L’impact de l’énergie éolienne par vents forts sur les prix de gros de l’électricité est à présent indéniable.

En Allemagne, plusieurs tempêtes ont engendré des excédents d’électricité les 4/10/2009, 5/02/2011, et 25/12/2012. Comme l’indiquent les graphiques ci-dessous, les prix spot (fixés au jour le jour) ont atteint des niveaux négatifs (parfois jusqu’à -500 €/MWh) :

L’impact de ces phénomènes naturels est bien entendu limité dans le temps et rarement répercuté sur la facture des consommateurs (la période la plus longue présentant des prix négatifs de façon continue s’élève à 10 heures). Mais pour la première fois, en décembre 2012, l’excédent d’énergie éolienne a impacté non seulement les prix infrajournaliers, mais aussi ceux fixés la veille pour livraison le lendemain.

L’AEE (Asociacion Empresarial Eolica - Espagne) déclarait le 23 avril 2010 : « Les prix de l’énergie en Espagne ont connu une chute de 26% en base annuelle au cours du premier trimestre 2010 grâce à la forte augmentation de la production d’électricité éolienne et hydro-électrique pendant cette période ». (Bloomberg, 2010).

En Belgique, le développement éolien n’a pas encore atteint un niveau de nature à entraîner des prix négatifs sur la bourse de l’électricité. Ces fluctuations de prix à la baisse sont par ailleurs difficilement exploitables. En effet, elles se produisent toujours lorsque la demande est faible, c’est-à-dire soit la nuit, soit le week-end ou les jours fériés. La solution réside dès lors dans une meilleure interconnexion des réseaux européens ou, idéalement, dans le stockage de l’électricité excédentaire.