Longue évolution technologique

La plupart des éoliennes actuellement installées en Région wallonne sont d’une puissance unitaire comprise entre 2,3 MW et 3 MW.

La puissance et les dimensions des turbines ont fortement évolué durant ces 25 dernières années. En effet, en 1997, les plus grandes turbines livraient une puissance nominale d’à peine 500 à 600 kW, alors que depuis 2013, les éoliennes qui équipent le parc d’Estinnes atteignent 7,5 MW de puissance nominale. L’installation d’éoliennes de 7,5 MW est une première on-shore en Europe dont la construction a impliqué de nombreux défis à relever (transport, levage, coût d’investissement, productivité, etc). Le parc d’Estinnes témoigne d’une tendance généralisée à la croissance des puissances des rotors. En moins de 10 ans, la puissance d’une éolienne a été multipliée par 10 !

          

La puissance livrée par une éolienne est directement liée à la surface d’air brassée par ses pales selon la formule suivante : Puissance éolienne = ½ Cp ρ S v³

Avec le coefficient de performance (Cp où C max = 0,6 Limite de Betz), ρ la masse volumique de l’air, S la surface balayée par le rotor et v la vitesse du vent.

Plus le diamètre du rotor est grand, plus la surface d’air brassée est grande et plus la puissance livrée est élevée. C’est pourquoi, en 25 ans, le diamètre du rotor est passé de 15 à 90 m (voire 126 m pour les éoliennes de 7,5 MW).